Les Chais

Mon Voyage au Portugal

Depuis maintenant plus de 5 ans, je m´intéresse à ce divin vin fortifié qui est seulement produit dans la vallée du Douro : le Porto. Durant les 3 dernières années, mon intérêt pour la région s´est grandement accru, j´ai fait beaucoup de lectures et de dégustations en plus de rencontrer des gens passionnés par le sujet. Ceci a suscité l´intérêt d´aller visiter la région et les artisans de ce grand vin.

Mon récit de voyage ne se veut pas seulement celui d´un passionné de vin du Douro, mais aussi d´un touriste puisque si un jour vous désirez visiter le Portugal avec des gens dont le Porto ne figure pas parmi les dix principaux points d´intérêts, vous serez ravis de constater la beauté et la richesse du pays. De plus, j´indiquerai à la fois les bons endroits pour se restaurer et pour trouver de précieuses bouteilles.

Nous quittons Montréal le 19 juillet vers minuit pour arriver à Porto vers les 14h après une escale d´une heure à Lisbonne. Un décalage de 5h est à prévoir par rapport à l´heure de l´Est (New York). Nous profitons du reste de la journée pour se rendre et installer nos pénates à Viana do Castelo. Les parents d´un beau-frère d´origine portugaise ont mis à notre disposition une maison et une auto.

Après avoir fait les emplettes, nous commençons les visites par la colline qui surplombe Viana. Le panorama est admirable. Nous contemplons la merveilleuse basilique de posada » offre le gîte pour environ 120 euros par jour.

Porto en vue

Le lendemain, mercredi 20 juillet, les papillons s´agitent dans mon estomac puisque nous sommes en direction de Porto. Après avoir traversé la ville de Porto et le pont D. Luis I, nous arrivons à Vila Nova de Gaia où la majorité des producteurs de porto ont installé leurs chais, tous dans un rayon inférieur à cinq kilomètres. Il est ainsi possible d´en visiter plusieurs dans une journée. Pour éviter les bouchons de circulation ainsi que les problèmes des voies à sens unique dans ces rues très étroites, le stationnement municipal de deux étages près des chais de Ferreira ne coûte que six euros pour la journée.

J´avais planifié notre premier arrêt chez Taylor Fladgate. Notre hôte, madame Ana-Margarida Morgado, nous a guidés vers un des nombreux chais en expliquant trois éléments pour lesquels le porto est si unique ainsi que la philosophie du groupe Taylor Fladgate dans leur production de vin.

Un sol schisteux, un climat très chaud et très sec en été à cause de son isolement de l´influence de l´océan Atlantique par deux chaînes de montagnes et l´utilisation des cépages indigènes constituent la pierre angulaire de la production des vins du Douro.

La philosophie et l´éthique de Taylor sont assez simples : la qualité avant tout. Quand on est considéré comme le meilleur producteur de porto, on ne peut pas apposer sa signature sur un produit qui n´atteint pas les standards de la compagnie. Interrogée sur la décision de déclarer le millésime 1992 Vintage plutôt que 1991, comme plusieurs l´ont fait, elle s´empressait de répondre que 1991 est une bonne année, mais qu´elle ne convenait pas aux standards de Taylor. Elle ajoutait que Taylor Fladgate préfère ne pas déclarer une année Vintage si ce n´est que pour entrer de l´argent dans les coffres, ils ont décidé de ne pas déclarer. Cela n´était aucunement influencé par le fait que Taylor célébrait ses 300 ans en 1992. Avant 1991, le dernier millésime unanimement déclaré était 1985, donc sept ans d´attente avant de trouver une qualité exemplaire dans les vins. Toujours dans les vieilles vignes de la Quinta de Vargellas en 2003. Ce vin est exclusif puisque les vignes âgées en moyenne de 75 ans sont orientées vers le nord. Il fait tellement chaud à la limite du Douro Supérieur que même avec une orientation nord, ces vignes sont capables d´atteindre la parfaite maturité. Depuis 1995, Taylor Fladgate produit une cuvée spéciale avec ces vieilles vignes même dans les années déclarées comme 1997 et 2000. Enfin, tout porte à croire pour le moment que le millésime 2003 sera une autre déclaration presque unanime chez les producteurs de porto.

Avant de quitter Taylor, nous profitons pour faire quelques emplettes, les prix étant très raisonnables. Les bouteilles de Vintage sont beaucoup moins chères qu´au Québec et aussi inférieures ou égales aux prix que l´on trouvera chez les cavistes au Portugal. J´en ai profité pour acheter l´huile d´olive 2002 de Quinta de Vargellas pour seulement 3,5 euros. Elle se vend 10 euros à la boutique hors taxes de l´aéroport. Je regrette déjà de ne pas en avoir acheté plus, car elle est vraiment très bonne avec un petit goût d´épices plutôt inusité.

Déjà l´heure du dîner, Taylor offre un service de restauration, mais nous décidons plutôt de nous diriger sur la rue longeant le fleuve pour y trouver une multitude de petits restaurants aux plats très traditionnels.

Après le repas, ce fut le tour de Ferreira et de Graham. La visite à Ferreira était vraiment très bien, instructions intéressantes sur la fondation de la compagnie, l´implication de Antonia Adelaide Ferreira pour l´avancement de la viticulture. Après la visite des chais, une dégustation avec le porto blanc et le tawny termina le tout.

L´emblème de Ferreira symbolise que l´autruche est un animal qui ne recule jamais alors que le fer à cheval, pour la chance symbolique qu´on lui reconnaît, n´a jamais fait défaut à Ferreira.

On se dirige ensuite chez Graham où l´accueil est très bien alors que la visite s‘avère un peu courte et monotone. Malheureusement, la guide n´était pas très à l´aise en français. Ma sœur et mon beau-frère qui avaient visité 2 ans auparavant me disaient que le traitement était mieux à cette occasion. Par contre, la dégustation fut complète avec le blanc, le tawny 10 ans et le LBV.

Après ces deux visites, nous voulions aller chez Nacional deux à trois fois moins chers que chez les cavistes.

Bar  Porto

On quitte Vila Nova de Gaia et on traverse à Porto pour faire les boutiques de vins, se trouver un restaurant et aussi prendre des photos de la ville de Gaia avant que le soleil ne se couche. À Porto comme partout ailleurs au Portugal, la plupart des endroits où on y vend du vin sont en fait de petites épiceries nichées sur la rue. Il faut magasiner les prix. Il y a des aubaines et de bons prix, mais il y a aussi beaucoup d´arnaques comme de vieilles bouteilles de Vintage Character vendues à plus de 100 euros. À Gaia, les producteurs offrent les meilleurs prix, exception faite de Graham où ils étaient vraiment gonflés. Autrement, certaines boutiques demandent le double de la valeur marchande.

En marchant dans les rues de Porto, on découvre un surprendre avec le superbe porto blanc de la Quinta Romaneira. Et que dire du porto blanc Golden White 1952 de Dalva, le seul Porto blanc millésimé du Douro selon lui? Pour en savoir plus, www.vinologia.com.

Attention, c´est chaud

Après une journée bien remplie à visiter les chais, une autre journée palpitante est à l´horizon. Le réveil matin sonna à 6h30, il faut partir tôt. La région du Douro est à près de deux heures de Viana do Castelo. Ensuite, il faut compter une bonne heure de petite route sinueuse jusqu´à Pinhao au cœur de la vallée. La visite dans cette région éloignée est vraiment un incontournable pour tout amateur, sinon seulement pour l´immensité et la beauté de ses paysages. Ne pas oublier de se munir d´une carte routière, de vérifier la condition des freins et d´avoir l´air conditionné, car on atteint les 35 Celsius très tôt!

Quinta do Noval

Dans le Douro, notre premier arrêt fut à la Madame Rute Monteiro nous accueille très chaleureusement. Une visite suivie d´une dégustation étalée sur plus de trois heures 30 minutes fut merveilleusement agréable. On a eu droit à un exposé sur l´historique de Noval, depuis ses fondations jusqu´à l´acquisition depuis 1993 par la compagnie d´assurances Axa. Fait intéressant, la compagnie Axa décida de remettre l´ancien logo que la compagnie utilisait, c'est-à-dire le corbeau, pour remplacer l´illustration de la Quinta. Le corbeau vient du fait qu´ils se rassemblent en grand nombre à l´automne dans un sapin de plus de 200 ans à côté de la maison. On sent que Noval préserve la tradition. La méthode traditionnelle pour écraser le raisin avec les pieds est encore utilisée pour tous leurs produits de qualités, c'est-à-dire les LBV, vieux Tawny, Colheita et bien sûr le Vintage. Plus coûteux, mais à leur avis, c´est le seul moyen d´avoir une extraction parfaite des composants du raisin.

Après une visite des lagares et des chais, une dégustation de huit produits fut organisée. On y dégusta en autre le vintage 2000 Silval, le Colheita 1974 et l´excellent Tawny 20 ans. Nous avons ensuite droit à une visite de la maison et nous signons le livre des visites. J´en profite aussi pour rapporter un beau souvenir de la parcelle de vignes Nacional. Vraiment, cette visite restera gravée longtemps dans mes mémoires.

Pour le dîner, il n´y a pas de restaurant ni d´épicerie à Pinhao. Il faut aller un peu plus au nord dans un petit village dont le nom m´échappe pour trouver une rue avec une somptueuse fontaine et quelques restaurants.

Il fait vraiment chaud, il est 13h et c´est la canicule au Portugal. Il doit y faire au moins 40 Celsius si ce n´est pas plus. On se dirige quand même à la terrasses de vignes. C´est vraiment bien expliqué et la vue est époustouflante. À notre retour de cette petite balade, on n´a pas vraiment envie de boire le verre de porto offert, mais plutôt un litre d´eau tant le moindre effort nous déshydrate.

Sur le chemin du retour, on prend quelques photos des azulejos (tableaux typiques portugais faits de céramique). À noter, de nombreux endroits où l´on peut s´arrêter le long des routes offrent des panoramas idéaux pour des souvenirs mémorables sur pellicule. La Quinta do Noval, vue de l´autre rive, est un exemple.

22 juillet

En Espagne, on se dirige vers la plage à Vigo en arrêtant à Valança dans une boutique de vins et portos dont plusieurs trouvailles. Plus grand centre portuaire de l´Espagne, Vigo est une presqu´île dans la mer avec d´un côté le port, de l´autre, les plages. Au centre-ville, deux grandes rues sont toujours bondées de piétons qui visitent ses restaurants, boutiques et petits bars.

23 juillet

Chaque vendredi, à Viana, une foire près du centre de la ville attire des marchands qui y installent leur tente pour vendre de l´artisanat, des imitations de grandes marques, des produits alimentaires, etc. Les petites rues sont remplies de boutiques intéressantes aux prix négociables et de bons petits restaurants typiques.

24 juillet

Départ vers le sud pour 4 jours. Nous arrêtons à Coimbra pour y voir les Batalha près de Leiria est une merveille architecturale. Ce monastère au style gothique construit sur plus d´un siècle vaut absolument le détour. On se dirige plus tard vers Costa da Caparica à quinze minutes au sud de Lisbonne pour s´enregistrer à l´hôtel. On en profitera pour s´étendre en face sur une petite plage bien achalandée avant de souper à Lisbonne. Au retour, on se fait prendre dans le trafic. Costa da Caparica, une ville très active la nuit, est très populaire pour ses terrasses et ses boutiques de rues.

25 juillet

On retourne à Lisbonne pour visiter l´immense monastère de Geronimo, une autre fantastique merveille architecturale. Il fait y aller de jour pour le visiter et de soir pour admirer la grande fontaine qui lui fait face dans sa symphonie de couleur. Toujours en face du monastère, près de la rive, on peut admirer une statue érigée pour les forêts de chênes dont l´écorce fournit le liège.

26 juillet

Notre hôtel est situé à Montechoro, à cinq minutes de Albufeira. Petite ville en croissance, on se croirait plutôt sur la côte est Américaine avec ses néons. Aucun restaurant typique, uniquement des snacks-bars et de la restauration rapide! Une grande déception, mais bon, l´économie touristique prime! En matinée, on s´installe à la plage. Il a fait excessivement chaud. À midi, la plage, vraiment superbe, était déjà presque vide. L´eau est assez chaude, mais rafraîchissante avec la chaleur qu´il y fait. Si vous avez un kit de plongée en apnée, apportez-le! À moins de dix mètres de la plage, j´ai pu y observer une petite pieuvre, des bancs de poissons et au moins trois autres variétés. Nous dînons à Albufeira où des boutiques vendent du vin à tous les coins de rue.

27 juillet

Le palais de Pena

Après un retour vers le nord, nous nous prélassons tout l´avant-midi sur le bord de la piscine de l´hôtel de Cascais en attendant que l´on change les freins de la voiture. L´escapade dans le Douro en est sûrement responsable. Ensuite direction Sintra où l´on peut y voir deux magnifiques palais qui méritent un arrêt. Le Palacio Real, au pied de la colline est plus intéressant pour visiter son intérieur, sa grande cuisine et ses deux imposantes cheminées. Bar do Binho est aussi une belle boutique de vin.

Après Sintra, nous nous dirigeons à Obidos pour souper et contempler la ville fortifiée. Le château a été converti en posada.

29 juillet

Nous retournons le lendemain à Porto et Gaia pour y visite les églises dont Sao Francisco qui est magnifique. Après quelques photos des instituts de commerce du Porto, nous mangeons enfin du lapin, un très bon plat au Portugal. À Gaia, Croft, Offley, Ramos Pinto et Noval nous accueillent et nous en profitons pour faire nos derniers achats.

Ramos Pinto a des articles vraiment intéressants à vendre. Cette Maison a toujours été un leader au niveau du marketing du Porto. On peut même acheter des répliques de leurs vieilles publicités. Chez Chez Offley, une tournée des chais intéressante nous en apprend plus sur les efforts du Baron de Forrester dans la région du Douro. Il a été le premier à cartographier toute la région.

1er août

Après deux journées tranquilles au cours desquelles nous avons complété nos achats (les magasins ferment à quinze heures) et rencontrés la belle-famille autour d´un BBQ, il ne reste qu´une journée avant le départ. C´est malheureux, car il y a tellement de belles choses à voir et à visiter. Nous décidons d´aller à Braga pour visiter l´église de l´Escalier des cinq sens. Nous ne regrettons pas ce lieu vraiment magnifique avec son riche intérieur et ses superbes jardins. En face de l´église, l´Escalier des 5 sens vaut la peine d´être grimpé. Après chaque escalier, une fontaine représente un des 5 sens. De plus, des statues représentent plusieurs personnages bibliques.

Voilà ce qui termine un superbe voyage. On dit souvent que les meilleurs onguents sont dans les petits pots. C´est le cas du Portugal, un petit pays très riche en culture et en paysage à couper le souffle.

LES MEILLEURES BOUTIQUES DE VIN

Pour faire vos achats de vins, il faut porter attention aux heures d´ouverture des magasins. En Espagne, comme au Portugal, la plupart des boutiques ferment pour le déjeuner de 12h à 14h. Aussi, la fin de semaine, les horaires sont très irréguliers, plusieurs ferment à partir de 15h. Nous nous sommes fait prendre à Lisbonne un dimanche après-midi... Si vous traversez en Espagne, n´oubliez pas d´avancer votre montre d´une heure!

À Viana do Costelo, Plusieurs boutiques avec des sélections intéressantes. Par contre, certaines ont des conditions moins qu´idéales. J´en recommande deux : Perola da China, sur un coin de la rue centrale au centre de la ville (téléphone : 258822586); Garrafeira do Martins, situé à un coin de rue du précédent. Choix intéressant de Vintage, mais surtout une belle variété de vins de table (Av dos Combatentes, 248.Tel. 258823887)

À Porto/Gaia, les meilleures offres sont très souvent directement aux chais. Quelques épiceries ont des bouteilles intéressantes. Les prix sont souvent très chers. Deux places d´intérêts sur la rua de Sao Joano. À ne pas manquer, une petite dégustation chez Vino Logia, un bar à Porto qui offre de belles découvertes.

À Valença, une seule boutique Garrafeira Vasco da Gama (Tel. 251823315) vaut vraiment le déplacement. La plus belle sélection de Vintage que j´ai vu durant mon voyage en plus d´un grand éventail de vins de table

À Sintra, juste en face du palais niche le magasin Bar Do Binho. Les prix sont élevés pour certains produits, raisonnables pour d´autres. Il faut acheter avec attention dans cet endroit très touristique. On pourra y trouver quelques beaux trésors. À éviter absolument, la boutique à deux portes de là qui vend ses produits deux à trois fois trop cher, cela même s´ils indiquent qu´ils n´appliquent pas les taxes.

À Albufeira, dans cette ville d´Algarve, les boutiques de vins sont à presque tous les coins de rue. Malgré l´attrait touristique, les prix demeurent raisonnables sauf que le choix est assez limité. Nous avons noté quelques vieux Colheita intéressants.

À Vigo, en Espagne, Casa Samaniego tient une belle sélection de vins espagnols à prix raisonnable. On peut même y déguster des vins servis dans les verres appropriés. (Tel. 986434174)

LES HÔTELS

À Albufeira, l´hôtel Montechoro, une aubaine pour environ 85 euros, est vraiment à la hauteur de nos attentes. Situé à cinq minutes en auto de plusieurs plages..

À Cascais, nous avons payé 80 euros la nuit à l´Hôtel Citadela Cascais. C´est propre, le confort est moyen. Il doit y avoir mieux.

À Costa Caparica, l´hôtel Praia do Sol charge 58 euros, un prix sûrement influencé par la proximité de la mer à moins de 5 minutes à pied. Pour le confort, on repassera.

LES VINS DÉGUSTÉS

Pendant les deux semaines, j´ai eu la chance de déguster plusieurs portos. Voici mes recommandations.

Porto blanc

Mon préféré fut le Quinta Romaniera Fine White dégusté chez Vino Logia. On peut souligner Graham´s Fine White, Offley Lagrima et Ramos Pinto demi-sec qui sont des blancs très agréables à boire. Une mention spéciale au Dalva Golden White 1952 qui est vraiment dans une classe à part!

Tawny

Lors de nos visites à Porto, les maisons ouvrent un Tawny sans indication d´âge, souvent vieilli trois ans en fûts. Je ne saurais vraiment vous en recommander un. Il n´y en avait pas qui m´ont vraiment été agréables à boire, ce sont des Portos qui ont avantage à être servis frais ce qui n´était pas très souvent le cas. Parmi les tawnies avec indication d´âge, je recommande sans hésitation la gamme complète de Noval. Leur tawny 40 ans m´a complètement renversé par sa finesse et une longueur de plus d´une minute! Le Graham 10 ans est aussi recommandable, mais vraiment derrière le Noval.

Colheita

Bien sûr, je ne peux passer sous silence le Noval 1974 qui était sublime. Le 1984 produit par la Quinta do Romaneira qui avait une attaque en finesse et une rétro olfaction du tonnerre m´a surpris.

Late Bottled Vintage

Les deux meilleurs dégustés lors de mon séjour furent le 1999 de Niepoort et un peu derrière qualitativement, le 1997 de Quinta do Tedo.

Vintage

J´ai seulement eu l´occasion de déguster le Silval 2000 de la maison Noval qui était excellent. Il s´agit selon moi, avec Poças, du meilleur rapport qualité-prix parmi les Vintages de ce millésime. Il commence par contre à se refermer. Il était beaucoup moins floral et exubérant que l´an dernier avec cette fois-ci des notes de fruits noirs et une structure tannique et épicée.

Vins secs

Une belle expérience fut de trouver un Niepoort Redoma 1996 en Algarve. À maturité, sans aucun signe de fatigue, la robe est d´un rubis intense. Le nez est encore sur le jeune fruit et commence à montrer signe d´odeurs tertiaires. La bouche est souple et sur le fruit noir. En finale, les tanins sont encore présents avec des notes boisées.

Frédéric Blais

Révision et corrections : Alain Laliberté

Version Anglaise.

Février 2005

Words About Port index page